small_18289.jpg 

Il est des jours où...il est des jours où...

Il est des jours où je me dis que j'aurais du mieux communiquer, mieux anticiper...


8h45 - La journée démarre

J'arrive dans l'entreprise mais je ne trouve personne à l'accueil. Il est pourtant 8h45, j'avais annoncé mon arrivée à 8h30 mais l'embouteillage a eu raison de moi. En l'espace de cinq minutes, deux personnes sont arrivées dans l'entreprise, passant devant moi sans me saluer, ni même répondre à mon salut matinal... bon, bon...

8h50 - Je sens comme une ambiance étrange...

La secrétaire arrive enfin, elle s'installe posément derrière le comptoir de l'accueil et m'interpelle en me demandant la raison de ma présence. Je réponds : "Bonjour Madame, je viens à la demande de Monsieur Paris pour former une partie du personnel, la formation s'intitule Communiquer dans l'entreprise" - "Ah oui ? C'est bien aujourd'hui, vous êtes sûr ?" - Elle me plonge dans le doute quelques fractions de secondes, mais se ravise aussitôt en parcourant l'agenda électronique du jour de l'entreprise :"Effectivement, la formation sur la communication, c'est bien aujourd'hui".

Elle me donne alors les indications afin que je trouve la salle qui accueillera la formation : ascenseur, à gauche, au fond du couloir, deuxième droite, la salle en face de la machine à café. Pas de souci, je la repérerai forcément car, pour favoriser les exercices et mises en situation dans la formation, j'ai demandé à Monsieur Paris une salle spacieuse et éclairée. Je lui ai également demandé d'être présent pour l'ouverture de la formation car nous allons annoncer ensemble les objectifs de la formation aux salariés, sa présence va me permettre d'être légitimé. 

8h55 - Je me dis que la journée ne va pas être simple...

La salle ne correspond pas du tout aux critères requis, me suis-je mal exprimé ? Il n'y a pas de fenêtre, la pièce est assez exigüe, les chaises sont dépareillées, j'en compte six quand j'attends dix participants, quelques dossiers entassés dans un recoin de la pièce, au sol... bon, bon...

La secrétaire vient vérifier si tout est à ma disposition et alors que j'achève de lui faire part de mon mécontentement, après son refus affirmé devant ma demande de recherche d'une autre salle, elle m'apprend que Monsieur Paris est en déplacement, qu'il ne sera de retour que dans deux jours... bon, bon..

Deux salariés s'installent dans la pièce et passent devant moi sans répondre à mon salut matinal... Bon, bon... Ca c'est sûr, nous allons pouvoir retravailler ensemble les fondamentaux de la communication. 

9h15 - Et là, tout s'enchaîne...

Les stagiaires arrivent tous ensemble, gobelets de café à la main. J'avais adressé des convocations de formation pour 9h, mais ce n'est pas très grave...Ils m'indiquent qu'ils m'attendaient tous au rez-de-chaussée et qu'ils patientaient que quelqu'un vienne les chercher. Puis cette convocation, ils m'indiquent ne l'avoir jamais eue en leur possesion.

"Vous n'avez donc pas pu prendre connaissance du programme de la formation ?" - "Mais nous ne connaissons même pas le thème de la journée, Monsieur ! ", s'exclame une jeune dame. Bon, bon...

Puis, quand je leur expose que la formation s'intitule "Communiquer dans l'entreprise", les salariés m'informent qu'une précédente formation a déjà eu lieu, il y a un an à peine. Mais alors pourquoi réaliser une même formation, si peu de temps après ? Je l'ignore, Monsieur Paris ne m'en a pas fait part...

 

Monsieur Paris qui n'est pas là... ENJEU DE FORMATION, CONTEXTE DE FORMATION, FORMATIONS PASSEES, MOTIVATIONS, OBJECTIFS, j'aurais du mieux travailler tous ces points, même si je les ai pourtant abordés avec Monsieur Paris... Monsieur Paris qui est en déplacement pendant deux jours... On se sent bien seul parfois... il est des jours où... 

9h30 - Et c'est ainsi que démarre la formation ...

Non, je ne m'appelle pas Gaston Lagaffe mais je me trouve des faux semblants d'un Pierre Richard dans ces vieux films des années 70 : les évènements s'enchainent et s'emballent, tous convergent vers une situation que je découvre, instant par instant, j'en suis ridicule, je ne gagne pas la confiance des stagiaires et je me sens de plus en plus mal à l'aise... et Monsieur Paris qui ne m'a pas tout confié... par manque de temps peut-être ? Et minutes après minutes, je me demande sur quelle autre peau de banane vais-je bien encore pouvoir glisser.

Dans votre vie de formateur, vous avez peut-être vécu ce même instant, tel que je le vis : pensons à compatir les uns aux autres dans ces étranges moments de solitude où non seulement le commanditaire est absent mais où nous avons mal communiqué, mal échangé, sur LES ENJEUX DE LA FORMATION, LE CONTEXTE DE LA FORMATION, LES FORMATIONS PASSEES, LES MOTIVATIONS, LES OBJECTIFS...


Mes résolutions pour l'année à venir :

- convaincre le demandeur d'une formation qu'elle est un investissement pour son entreprise plus qu'une dépense obligatoire 

- lui faire entendre que nous sommes co-acteurs de la formation, que tout ne peut pas reposer sur mes épaules, je ne reste qu'un bref instant dans l'entreprise

- prendre le temps de lui faire expliciter l'enjeu de la formation et le contexte dans lequel elle s'insère, afin de me permettre d'élaborer des objectifs de formation convenables, atteignables, en adéquation avec cet enjeu et ce contexte précis

- trouver une solution pour intégrer les salariés avant la réalisation de la formation afin qu'ils soient informés, voire qu'ils soient pleinement acteurs et partenaires de la formation

 

Déjà, si j'y parviens, pour chaque formation, ce sera pas mal, n'est-ce pas ?

Puis, une personne m'a rappelé la phrase d'Epictète en ce début d'année : "N'attends pas que les évènements arrivent comme tu le souhaites. Décide de vouloir ce qui arrive et tu seras heureux"...

Alors, à l'année prochaine... nous verrons bien ensemble si de Pierre Richard, je me suis transformé en homme heureux !

Retour à l'accueil