Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PEDAGOFORM

PEDAGOGIE : L'ART DE CULTIVER L'EMPATHIE

16 Novembre 2011, 19:30pm

Publié par PedagoForm

empathie pédagoform L'empathie est-elle importante dans une conférence, dans une formation, dans une intervention ?

La réponse dépend invariablement de la manière dont formateur, conférencier, intervenant, conçoivent leur mission : transmettre des connaissances, donner un savoir pur ou favoriser l'appréhension de ce savoir pour permettre à l'apprenant, au public, de se l'approprier, d'y réfléchir, de l'adapter à sa pratique, à son contexte. Tout dépend ce que l'on recherche, et ce qui est attendu. Une conférence peut être intéressante sans pour autant que le conférencier ait été un seul instant dans l'empathie. Toutefois, l'empathie peut être aidante en pédagogie et favoriser le processus d'apprentissage.

 

Mais l'empathie est-elle un Art ?

L'empathie ne se contemple pas comme un Art. L'empathie ne se travaille pas comme un Art. Une personne est empathique ou ne l'est pas, un point c'est tout... Pourtant, quelques petites lignes pour se convaincre du tout contraire... l'empathie peut se cultiver et se développer lorsqu'on est formateur, consultant ou conférencier.

 

En quoi consiste trés exactement l'empathie ?

L'empathie consiste à saisir avec autant d'exactitude que possible, les références internes et les composantes émotionnelles d'une autre personne et à les comprendre comme si l'on était cette autre personne (définition de Carl Rogers). Etymologiquement, EN "Dedans" et PATHIE "Ce qu'on éprouve".

Cette définition se complète, de nos jours, par l'idée selon laquelle il faut en même temps trouver la bonne distance, ne pas trop s'impliquer, ne pas trop mettre d'affectivité.

 

L'empathie est-elle compatible avec la pédagogie ?

Dans la pratique professionnelle de la formation, le formateur, pendant son temps de préparation, se renseignera sur l'environnement professionnel des apprenants, il effectuera des recherches pour comprendre ce qu'ils vivent au quotidien et intégrer les difficultés que ces apprenants peuvent éprouver lorsqu'ils sont en situation professionnelle. Mais est-il pour autant dans l'empathie ?

Un conférencier qui intervient dans les domaines de la psychologie, de la philosophie, de la sociologie, du droit (..), s'il veut, un temps soit peu, capter son auditoire, devra préalablement s'interroger sur l'impact de cette discipline auprès de son auditoire et les liens que son intervention est censée avoir sur son public. Mais est-il pour autant dans l'empathie ?

A ce stade-là, il s'agit essentiellement d'une adaptation de sa compétence à l'environnement dans lequel il sera orateur, pour le conférencier, acteur de l'évolution des compétences, pour le formateur. Toutefois, cette phase constitue les prémices de l'empathie car le formateur, dans un souhait de personnalisation de son intervention, commence à entrer dans le monde des apprenants. 

 

L'empathie pour un formateur ou un conférencier, un "état d'être" ?

L'empathie va naître à partir du moment où formateur, conférencier, intervenant seront voués à ressentir les émotions de leurs apprenants ou public : il est avec eux, à côté d'eux puis parmi eux, en eux. Il reconnaît leurs problématiques, il identifie leurs difficultés spécifiques, il perçoit leur inquiétude, il intègre leurs comportements et attitudes... même s'il ne les partage pas. 

"C'est comme si vous connaissiez toutes nos situations et tous les problèmes que nous avons à monter ces dossiers puis à expliquer ces procédures aux personnes". "On dirait que vous partagez notre bureau, comme si vous étiez avec nous", me retournaient des assistantes sociales. "C'est comme si vous éprouviez la même chose que nous, lorsque nous ne sommes pas d'accord avec la décision d'un juge des enfants", me retournaient d'autres professionnels. Non, je n'ai jamais été assistante sociale, je n'ai jamais eu à assurer la protection judiciaire d'un enfant et je n'ai jamais vécu ce problème... mais c'est un ressenti émotionnel, presque une intuition.

En cela, "se mettre à la place" des apprenants, du public, n'est plus seulement une adaptation mais une faculté de faire partie de l'autre, de comprendre l'autre : elle constitue un "état d'être" et certains d'entre nous sont naturellement dans l'empathie alors que d'autres ne le sont pas. Pourtant, telle une petite graine, l'empathie peut se cultiver et se développer.

 

Un formateur, un conférencier, peut-il cultiver l'empathie ?

En tant que formateur ou conférencier, au fur et à mesure des mois et des années d'exercice, cette faculté de "Se mettre à la place de l'Autre", que l'on possède ou que l'on ne possède pas, peut s'acquérir et devenir un "Savoir se mettre à la place de l'Autre", si vous introspectez les trésors de l'Ecoute, l'écoute de l'Autre.

Ainsi, au fil de formations et de conférences, vous construisez et vous perfectionnez un ressenti des émotions de vos apprenants ou de votre public, à force d'observation, à force d'attention, à force d'écoute, et encore plus particulièrement si vous intervenez régulièrement auprès de mêmes professions ou dans un secteur professionnel déterminé.

Il est possible de cultiver l'empathie pour qu'elle devienne l'un des aidants de votre pédagogie. En tant que telle, l'empathie se travaille et n'est plus seulement un "état d'être", elle s'apprend, elle se construit, elle se façonne et s'affine tel un Art, elle se contemple tel un Art, car on peut apprécier et louer cet effort du formateur ou du conférencier de s'être mis à la place des Autres ou d'avoir tenté de se mettre à la place des Autres (à mon sens). 

L'empathie, en intègrant votre pédagogie, vous permet d'entrer en relation avec les apprenants, un public, en les captant : elle vous permet de les convaincre que votre discipline est en corrélation avec leurs problématiques, elle n'est pas éloignée de leurs considérations. L'empathie crée aussi chez l'apprenant ou l'auditeur un sentiment de reconnaissance puis de confiance, ce qui favorisera échanges, intéractions et réflexions. Enfin la dose d'empathie dans votre formation, votre conférence, votre intervention, renforce votre expertise et votre connaissance des professionnels ou du secteur professionnel dans lequel vous intervenez en tant que formateur ou conférencier, renforçant par là-même, votre légitimité à l'égard des participants (voir en ce sens un ancien article PedagoForm sur la légitimité du formateur).

 

Puis il existe "l'acte d'empathie"....

En effet, l'empathie peut non seulement se construire par le formateur ou l'intervenant mais ce dernier peut également "commettre" des actes d'empathie. Par exemple, lorsque le formateur interroge les stagiaires sur leurs pratiques professionnelles (parlez moi mieux de vous pour que je vous comprenne, expliquez moi ce que vous ressentez à ce moment précis), il interpelle les apprenants pour mieux entrer dans leur monde, pour mieux ressentir lui aussi des émotions, des vécus et ainsi mieux pouvoir les appréhender puis les analyser avec le groupe ou l'apprenant. Comme ce formateur en informatique, que j'ai vu l'autre jour se déplacer sur les postes des salariés formés pour mieux appréhender les difficultés techniques sur leurs postes, ou bien encore la formatrice de cet après midi, dans le cadre de la formation sur l'accompagnement de personnes en fin de vie, qui a formulé le voeu d'aller elle-même dans le service de dialyse pour mieux comprendre ce que le groupe lui décrivait... Pour pouvoir entrer dans le monde de l'Autre, et ressentir comme l'Autre, quoi de mieux... que d'y aller directement... aller dans leur monde et ressentir soi-même... elle ira seule ce soir puis ils iront ensemble demain. Quand je les ai quittés, les participants la remerciaient déjà par avance de cette manifestation pour qu'elle-même comprenne mieux et qu'elle puisse demain les aider à mieux comprendre. Echange, réciprocité, enseignement mutuel, partage .... dans ces exemples, l'empathie est devenue elle-même pédagogie.

 

Cultiver l'empathie en formation, en conférence.. oui mais en la limitant ?

Enfin, pour terminer ce long billet, rappelons-nous que, de nos jours, on ajoute à la définition de l'empathie, l'idée selon laquelle on ne doit pas trop s'impliquer dans la relation à l'autre. Ce serait donc tout l'Art du formateur de se mettre à la place des autres tout en prenant la bonne distance, tout en se préservant, sans mettre trop d'affectivité ? ... à suivre peut-être dans un prochain billet PedagoForm, si vous le souhaitez.

Qu'en pensez-vous ? 

 


Commenter cet article

Formateur à distance 18/11/2011


On m'a conseillé la lecture de votre article ... malheureusement je n'arrive pas du tout à lire du noir sur ce fond vert foncé :(


Avez-vous une technique à me conseiller pour arriver à lire votre article ?

Hervé 09/09/2013


Je me rends compte en postant ce commentaire que cet article date d'il y a longtemps. J'espère néanmoins que vous lirez ce commentaire. Je ne sais pas rationnellement pourquoi je poste ce
commentaire, je n'ai pas eu le temps de réfléchir sur l'article. Juste pour vous dire en quelques lignes que je sens complètement que vous êtes dans le vrai et j'espère que ce sera le cas pour
beaucoup d'autres lecteurs.


Au plaisir d'en discuter si vous en avez le temps et l'envie.