La technologie doit-elle préfigurer la pédagogie ? La pédagogie précède-t-elle la technologie ? J'ai récemment posé cette question sur les réseaux sociaux et magie des réseaux sociaux, de belles images et de belles réponses me sont parvenues. Pour ceux d'entre vous, formateurs ou consultants, qui s'initient ou approfondissent leur propre apprentissage des nouvelles technologies en formation pour adultes, voici quelques impressions, qui peuvent constituer idées ou réflexions à mûrir. Je remercie par avance tous ceux qui ont contribué à mon propre recul sur la pratique.

 

L'ère des nouvelles technologies a sonné depuis bien longtemps : les nouvelles technologies sont devenues l'incontournable de "l'apprendre." Michel Serres, au sujet de Petite Poucette, invitait à concevoir cette nouvelle ère du "tout technologique" telle l'Imprimerie, en son temps, révolutionna l'Ecriture : j'apprends, tu apprends, il apprend, nous apprenons en parcourant des vidéos sur le net, en nous abreuvant de documents tous plus intéressants les uns que les autres via les réseaux sociaux, en collaborant et en partageant grâce au 2.0. La proximité des savoirs par les nouveaux biais technologiques invite plus que jamais celui qui a soif d'apprendre à pouvoir s'élever vers de nouveaux savoirs pour construire de nouvelles compétences, en autonomie ou en mode guidé ; elle peut aussi parfois convier le récalcitrant aux formes d'apprentissage "traditionnelles" à envisager une nouvelle façon d'apprendre, en phase avec son monde ou avec des outils qu'il a l'habitude d'utiliser en mode privé ou familial.

 

Oui, mais... lorsqu'on est formateur, comment ne pas passer à côté de cet apparat technologique sans tomber dans une utilisation "gadgétisée", qui certes peut paraitre "in", "fun", mais ne parvient guère à l'atteinte d'un objectif pédagogique pour l'apprenant ? Autrement dit, la technologie doit-elle préfigurer la pédagogie ? Ou la pédagogie doit-elle préfigurer la technologie ? Ou bien encore existe-t-il peut-être un ailleurs, un "entre deux", un "betwenn" pédagogie et technologie, pour rappeler la veille récente créée via scoop it par Marcel Lebrun et portant cet intitulé ?

 

 

De la pédagogie, de la technologie, qui précède qui ?

 

Cette réflexion reprend le modeste concept de "l'oeuf et la poule" et du cycle infernal qu'il suggère : qui était le premier ? Dans cette métaphore de l'oeuf et de la poule, Monsieur Stéphane Gaude, formateur et consultant, répond en imageant ce mouvement : "Suite à une démarche pédagogique (1: l'oeuf), je décide de m'appuyer pour partie sur une interface multimédia sur certaines séquences de formation (2: la poule). Cette interface a nécessairement sa propre complexité (en prenant soin de différencier ce qui est complexe de ce qui est compliqué!). Pour tendre à une simplification/facilitation d'utilisation de cette interface, le concepteur peut agir sur plusieurs leviers comme les graphismes, l'ergonomie, etc. qui sont dans son champ d'expertise technologique, et puis il va déployer d'autres outils comme un tutoriel, un didacticiel (quel nom!), une aide en ligne, etc. qui se situe dans un champ d'expertise du premier: la didactique. Cette autre démarche pédagogique (1: l'oeuf) "vient à la rescousse" de "la poule". Ce principe de cercle vicieux rend, au bout du compte, bon nombre d'outils multimédia finalement, et malheureusement, peu pédagogiques.".

 

Cette réflexion m'a exactement rappelé ma première expérience d'une plateforme de formation ou e-learning (...) "prête à l'emploi" ... en tant que stagiaire puis formateur. Ne vous est-il pas arrivé vous-même d'utiliser ces plateformes en kit, qui, tel le meuble ikéa, se fabriquent de manière progressive, prenant forme sous vos yeux, pour reproduire à l'identique le meuble tant convoité dans ce cher magasin suédois, acquis et fabriqué de manière semblable par plusieurs ikéistes en france et dans le monde ?

 

Cette comparaison invite à penser "Pédagogie" avant de penser "Technologie" même s'il reste, en même temps, nécessaire de se familiariser soi-même en tant que formateur aux interfaces technologiques d'apprentissage qui nous sont offertes et de les maitriser pour déterminer leurs "impacts pédagogiques" à travers quelques questions simplistes de Pédagogie : comment capter l'attention de l'apprenant ? comment passer des messages clairs ? comment créer une interaction ? comment permettre d'apprendre et de construire ses propres savoirs puis ses propres compétences ? Ce n'est que par l'appréhension de ces questions préalables qu'il paraît concevable de construire un dispositif pédagogique par le biais des nouvelles technologies et ce n'est que par ces préalables que de technopédagogue, le formateur peut devenir e-pédagogue.

 

 

Etes-vous technopédagogue, e-pédagogue ou archéopédagogue ?

 

Pour penser "Pédagogie" ou pour penser "Technologie", il peut être utile en premier lieu de s'interroger sur sa propre appréhension de la technologie : êtes-vous technopédagogue, e-pédagogue ou archéopédagogue ? C'est à travers le tissage des liens sur les réseaux sociaux, que cette réflexion m'a été suggérée, grâce aux précieuses et riches interactions sur twitter de JmarcJf et 17marsconseil notamment. Je vous invite à mon tour à cette réflexion afin de pouvoir définir vous-même votre appartenance :

 

- le technopédagogue connaît, s'apprivoise, comprend, utilise et conçoit les modalités technologiques, le mode d'environnement de l'apprentissage : sa compétence est avant tout technique, son travail permet de recenser et de concevoir des outils technologiques capables de favoriser l'apprentissage ;

- quand l'e-pédagogue se sert, lui, de ces outils prélablement conçus pour envisager une projection de la pédagogie en lien avec son approche, à travers ces outils. Il construit l'apprentissage à travers la pédagogie avant tout, utilisant les interfaces, les réseaux sociaux, et en se demandant lesquels seront les plus adaptés au public apprenant, à leur environnement., au contexte de la formation...

- alors qu'enfin, l'archéopédagogue, empreint d'humilité, essaie la craie blanche sur son "e-bidule" pour entrevoir une "ardoise magique", comme modalité technologique, mais hélas, cela ne marche pas. ..

 

Parmi ces trois profils, duquel vous rapprochez-vous le plus ?

 

Dans la conception de la formation, il est possible que nous passions d'un stade à l'autre, et que nous passions par tous ces stades, particulièrement si nous changeons régulièrement d'outils : toucher du doigt, expérimenter et appréhender les outils tel l'archéopédagogue en étape 1, puis en connaître détails et rouages en étape 2 tel le technopédagogue, pour enfin penser pédagogie, ingénierie pédagogique dans l'étape 3 comme l'e-pédagogue, pour les adapter aux publics apprenants, aux contextes.

 

 

Pédagogie, technologie, pour quel apprentissage ?

 

Alors, la pédagogie doit-elle préfigurer la technologie ? Admettons-le, il est bien loin d'être évident d'utiliser les moyens de la technologie pour concevoir l'apprentissage de nos jours. Comment apprendre par ces nouveaux biais ? Comment apprendre à apprendre à travers ces nouveaux outils ? Les savoirs sont-ils ainsi différents (ancien billet PedagoForm ICI)

 

De ma petite, modeste et toute relative expérience, deux vecteurs principaux me paraissent déterminants dans l'apprentissage par les nouvelles technologies :

- l'espace d'autoformation : l'apprentissage sera différent d'un individu à un autre selon sa capacité à s'autoformer d'une part, selon la capacité qu'on lui laisse à être autonome et à construire dans l'apprentissage guidé à distance ; la détermination du suivi de l'apprenant par le formateur dans cet espace d'autoformation sera dérerminant ;

- la collaboration : les interactions entre le formateur et l'apprenant accompagnées des interactions entre apprenants pourront favoriser les mécanismes d'apprentissage à distance.

 

Ainsi, Jean Vanderspelden, Consultant FOAD & Apprenance, Société ITG Paris, répond en ce sens à mon interrogation sur les liens pédagogie/nouvelles technologies : "C'est dans la problématique "On apprend toujours seul, jamais sans les autres" que la question de l'apport des outils et des ressources numériques se pose. La formation, formelle et de plus en plus informelle, de plus en plus ouverte, est d'abord une question d'interactions entre personnes pour inter-agir dans l'apprentissage et la production, avant d'être des opportunités d'interactivités utiles entre personne et machine.  Même, si en même temps, les apports de la technologie nous amène à interpeller différemment l'apprenant, et donc, nous oblige à mettre en place des ingénieries de formation qui doivent donner, me semble-t-il, plus d'espaces d'autoformation accompagné et plus d'activités collaboratives régulées."

 

Autoformation et collaboration présupposent, en même temps, qu'en l'état, l'individu soit véritablement acteur de son apprentissage. Mais pour cela, loin de moi toute forme de pessimisme, mais il m'apparaît plus que certain, au fil de l'expérience professionnelle et des années, que l'individu "acteur de son apprentissage" n'est pas une espèce formidablement répandue... pour des tas et des tas de raisons, qui dépassent de loin le cadre de billet... 

 

 

Apprentissage et technologie, pour quelle pédagogie ? 

 

Mais alors, une question se pose à l'e-pédagogue : tous les courants, toutes les théories existantes de la Pédagogie sont elles transposables dans l'univers de l'e-apprentissage ? Et d'ailleurs, peut-on transposer les théories pédagogiques qui se sont construites au fil de l'Histoire dans l'e-pédagogie ? Voici une autre question... une vraie...

 

Identifions par exemple les modalités pédagogiques suivantes :

- La pédagogie "inversée" qui consiste à identifier les savoirs, avant la formation, pour concevoir le temps de formation comme le véritable temps d'apprentissage, une fois les savoirs préalablement acquis ou compris ;

- Les travaux collaboratifs en ligne entre apprenants, synchrones ou asychrones ;

- Les visio-conférences, audio-conférence en podcast, webinaires ;

- Les productions 2.0 réalisées par les apprenants (écriture d'articles sur un blog par exemple)...

 

Peut-on transposer dans ces nouvelles modalités pédagogiques les principes des différents courants de la Pédagogie ou doit-on concevoir de nouvelles théories pédagogiques spécifiques à l'e-apprentissage structurées et régulées dans le connectivisme ? Je laisse cette question ouverte... tout en vous conviant à aller consulter l'article de Marc Nagels et l'Arche O Pédagogue de JMarcFJ (référencés au bas de ce billet).

 

 

Conclusion : se poser avant tout la question de "l'apprendre"

 

Avant de concevoir les modalités technologiques de l'apprentissage, il paraît important de "penser" Pédagogie.

 

La Pédagogie avant la technologie, certes, mais avant la Pédagogie, l'apprenant. Les mystères de "l'apprendre" par les biais des nouvelles technologies sont encore entiers ou ajourés, et tant mieux, car nous vivons cette phase de réflexion du "comment apprendre?" qui nous invite toujours à réfléchir et à adapter.

 

Ce billet PedagoForm est écrit alors même que le premier MOOC français est créé, conviant lui aussi à réfléchir pour apprendre à créer son environnement d'apprentissage personnel. Le cours ITYPA ("Tout y est pour apprendre") est le premier MOOC francophone (Massive Open Online Course - Cours en Ligne ouvert à tous) qui pendant 10 semaines, du 4 octobre au 13 décembre 2012, explore les différents modes utiles pour se créer un environnement personnel d'apprentissage.  Je vous invite à rejoindre cette expérience si, tout comme moi, vous cherchez à vous perfectionner et à mieux comprendre comment permettre à Petit Poucette d'apprendre dans son monde : ITYPA MOOC (cliquez sur ce lien pour découvrir le MOOC).

 

 

Un grand merci à tous ceux qui ont contribué à cette réflexion qui parviendra peut-être également à vous faire cheminer... Bien sûr vous trouverez sur la toile des articles bien plus techniques et invitant davantage à la réflexion sur l'intégration des nouvelles technologies dans les apprentissages. Un simple billet qui a juste pour dessein de nous inviter à une prise de recul sur les pratiques, comme les autres billets PedagoForm.

 

Pour continuer cette réflexion, vous êtes invités à poster un commentaire ou à consulter les deux commentaires trés contributifs déjà existants.

 

 

 

 

Pour poursuivre : (cliquez sur les liens ci-dessous)

Petite Poucette - Michel Serres - mars 2011

17marsconseil : Héritage et passage sur l'Arche O Pédagogue - Marc Nagels

JmarcJF : L'Arche O Pédagogue 

L'apprenant adulte à l'ère du numérique : Frayssinhes, octobre 2012

PedagoForm : Les savoirs différents avec les nouvelles technologies ?

PedagoForm : Peut-on apprendre seul ? Autoformation et apprentissage numérique

 

Scoop It betwenn Pédagogy et Technology - Marcel Lebrun

Salon de l'e-learning Forum Paris 2013

Blog de Tad

 

 

 

 

Tag(s) : #PEDAGOGIE ET APPRENTISSAGE NUMERIQUE
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog