PEDAGOFORM

ANIMATION : LA LEGITIMITE DU FORMATEUR

legitimite-du-formateur-PedagoForm-Formation-professionne.jpg  Dans le process de formation, l’apprenant devra, à un certain moment de la formation, se projeter dans son environnement professionnel pour envisager le transfert des acquis de la formation. Sa projection ou son absence de projection reposera, entre autre, sur la capacité du formateur à intégrer la culture, le vocabulaire, les étapes du process de l’activité professionnelle de l’apprenant. Mais le formé sera encore plus enclin à se projeter dans son environnement professionnel s’il reconnaît en la personne du formateur la personne « légitime » à intervenir.

 

La question de la légitimité du formateur est importante en formation professionnelle :

  

Pour le commanditaire, en amont, qui demandera de décrire le profil du formateur afin de s’assurer de sa compétence ; certains cahiers des charges seront très précis quant au profil du formateur et ses années d’expérience dans un secteur d’activité ou dans le domaine de la formation professionnelle pour adultes

De même, pour certains apprenants, seul sera légitime à leurs yeux le formateur « pair », celui qui aura exercé lui-même son activité professionnelle dans le même secteur d’activité qu’eux : entre pairs, on se comprend, on se saisit d’instinct. Et d’autres apprenants indiqueront que le formateur n’était pas légitime à intervenir parce qu’ « il ne connaît rien à notre travail ! ». Dans ce cas, l’apprentissage est ralenti car l’apprenant ne voit pas comment transférer les nouveaux acquis ; il est fondé à remettre en cause la formation en indiquant que ce qui a été travaillé est inapplicable.

 

Le formateur légitime, consultant senior. De nombreux apprenants vont par conséquent se retrouver en un formateur qui aura exercé la même profession qu’eux, non seulement parce que le formateur a une connaissance de l’environnement mais aussi parce qu’il est d’instinct légitime dans sa fonction (on l’écoute, on le respecte). Dans cette posture, la légitimité du consultant « senior » est celle qui est la plus assise : il lui reviendra toutefois d’ajouter à son arc des compétences de pédagogue et de permettre à ses pairs d’être autonomes dans leur mode d’apprentissage.

 

Cela signifie-t-il pour autant que le formateur qui n’est pas fort de 30 ans d’exercice professionnel dans le domaine d’activité concerné, soit  « illégitime » à intervenir ?  Mais alors qu’est-ce qu’un formateur « légitime » ?

 

Le formateur légitime, investi par la loi. Au sens étymologique, le formateur « légitime » est investi par la loi. Il existe en effet des règlementations qui encadrent très précisément la légitimité du formateur : un certain nombre d’années d’expérience dans le secteur d’activité concerné est requis, un diplôme est nécessaire (dans le domaine de la sécurité par exemple, pour la formation des assistants de soins en gérontologie très récemment..). Dans ces cas, les enjeux de formation sont, à ce point, importants que le législateur s’est autorisé à définir le profil du formateur et le contenu des formations. Le cadre d’intervention du formateur est « légalisé » et il serait intéressant de pratiquer les évaluations de ces formations afin de s’assurer que le choix du législateur était pertinent ou non et pouvoir peut-être mettre en œuvre des actions correctives ( ?).

 

Le formateur légitime par son appréhension du contexte professionnel de l’apprenant. Au-delà des textes de loi, la légitimité du formateur se posera plus particulièrement lorsque ce dernier souhaitera ou sera invité à intégrer un nouveau secteur d’activité, dont il ne maitrise pas les contours. Il lui faudra au minimum avoir travaillé au préalable et réalisé des investigations et recherches afin de mieux connaître l’environnement et identifier en quoi son domaine de compétence se rapproche, s’enchevêtre avec l’environnement de l’apprenant. Ce formateur aura ainsi en partie gagné en légitimité. Il lui sera conseillé, en tout début de formation, de se présenter clairement et de bien être explicite quant à son niveau de connaissance du secteur d’activité ou du métier de l’apprenant et quant au contenu de son approche. Une fois sa légitimité exposée, il pourra gagner en tout ou en partie la confiance du groupe d’apprenants.

 

Le formateur légitime par son champ de compétence. Mais, à un autre niveau, une question se pose : un formateur est-il légitime à intervenir auprès d’apprenants d’un univers professionnel que le formateur n’appréhende absolument pas ?

 

On peut noter que, dans bon nombre de formations transverses de nos jours, les formateurs interviennent dans leur discipline sans appréhender le contexte professionnel de l’apprenant. Il en est ainsi dans certaines formations qui interagissent sur l’individu, les savoir être, les formations comportementales. Dans ce cas, la légitimité du formateur est « au dessus » de l’environnement professionnel et elle se situera davantage dans la maîtrise de son propre champ de compétence. Peu importe sa connaissance de l’environnement professionnel de l’apprenant, l’action du formateur est centrée sur l’approche des comportements et sa légitimité est acquise par la maitrise de son champ de compétence, quel que soit le domaine d’activité dans lequel il intervient.

 

En dehors de ces formations spécifiques, le formateur est-il légitime à intervenir sans connaissance préalable de l’environnement de l’apprenant ? Si cela s’avère possible, cette réalité suppose du formateur une extrême maîtrise de la formation forgée par l’acquisition d’une solide expérience de cet exercice. De manière innée, sa propension à l’empathie devra probablement être renforcée.

 

Une des clés de la légitimité du formateur n’est-elle pas là ? Pour que l’on reconnaisse votre légitimité à animer une formation, et pour être reconnu en ce sens par les stagiaires, après avoir posé et exposé les raisons pragmatiques de votre légitimité à intervenir en formation, cultivez toujours et encore plus votre empathie.

 

Si vous souhaitez recevoir les articles de PedagoForm, utilisez le flux RSS, inscrivez vous à la newsletter ou utilisez les applications de GOOGLE (alerte ou reader)

 

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article