Formation 

Vous êtes formateur, consultant ? Vous envisagez d’intégrer la méthode de l’analyse des pratiques professionnelles dans une prochaine formation ; vous utilisez déjà régulièrement ou ponctuellement l’analyse des pratiques professionnelles en formation... Les "pourquoi, comment" de cette approche pédagogique en guise de billet.

 QU'EST-CE QUE L'ANALYSE DE PRATIQUES PROFESSIONNELLES EN FORMATION ?

L’analyse des pratiques professionnelles consiste à faire une analyse critique et constructive des pratiques réalisées par rapport aux pratiques attendues. Ce que vise un groupe d'analyse des pratiques professionnelles est de permettre à ses participants de développer une posture réflexive sur ce qu'ils font.

Devenir "analyste de sa pratique", c'est se demander : "En quoi suis-je pour quelque chose dans ce qui m'arrive ?". La notion d'analyse des pratiques, prise ici dans sa généralité, désigne une méthode de formation ou de perfectionnement fondée sur l'analyse d'expériences professionnelles, récentes ou en cours, présentées par les participants dans le cadre d'un groupe composé de personnes exerçant dans le même domaine.

Il existe en ce sens plusieurs méthodes d’analyse des pratiques professionnelles : du Groupe de Parole (GP) au Groupe de Formation à l'Analyse de Pratiques Professionnelles (GFAPP), en passant par Groupe d'Analyse de Pratiques Professionnelles (GAPP), les Groupes de Soutien au Soutien (GSAS), les Groupes d'Entraînement à l'Analyse de Situations Educatives (GEASE), les Groupes d'Approfondissement Personnel (GAP), les Séminaires d'Analyses de Situations de Communication (SASCO), les entretiens d'explicitation, les jeux de rôle, les simulations, etc.

Cf le site internet de Patrick Robo : http://probo.free.fr

Tous métiers et toutes branches confondus, l'approche pédagogique de l'analyse des pratiques professionnelles peut favoriser les modes collaboratifs au travail (1), la valorisation des savoirs informels (2) et l’intégration de la formation dans ses pratiques (3), à la condition que l’état d’esprit de « remise en cause » soit présent et prégnant au sein des équipes (4).

1. PERMETTRE L'EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES EN MOBILISANT COLLABORATION ET ANALYSE EN FORMATION.

En effet, l’évaluation des pratiques professionnelles permet d’effectuer une "photographie" de pratiques existantes dans un premier temps pour intégrer de nouveaux savoirs et changement de ses pratiques professionnelles dans un second temps.

Ainsi, au lieu d’envisager la formation des apprenants à travers la transmission d’un contenu de formation, la méthode de l’analyse des pratiques professionnelles jouera sur l'un des leviers de l’apprentissage : la collaboration. L’analyse des pratiques professionnelles invitera les participants à partager leurs expériences :

-En s’appuyant sur leurs pratiques

-En s'appuyant sur leurs ressources 

-Pour identifier des solutions communes et adaptables à l’environnement de travail.

De fait, l’appropriation "de" et "par" le groupe de nouveaux savoirs, de nouveaux process, par le biais de cette analyse entre pairs et de cette co-llaboration, constituera le gage d’une meilleure appropriation de ces nouveaux savoirs aux fins d’envisager le changement par eux, en eux, pour eux, entre eux.

2. FORMALISER LES SAVOIRS INFORMELS PAR L'ANALYSE DES PRATIQUES.

Au-delà de son aspect collaboratif, à travers l’évaluation puis l’analyse des pratiques professionnelles, chacun va aussi exprimer sa manière d’effectuer une tâche, pour re-situer sa mission, sa posture, son process… Ce partage permettra d’identifier soit des écarts dans les pratiques professionnelles d’une même entité, soit une uniformisation et une convergence des pratiques.

En réalisant de la sorte ce travail de « décorticage » de leurs tâches, fonctions ou missions, les participants prendront souvent conscience de la multiplicité et de la complémentarité de leurs actes et ils pourront surtout mettre en lumière :

-Des actes et process qu’ils réalisent tous de manière innée, instinctive et intuitive parce que « naturelles », selon eux ;

-Des actes et process que certains effectuent et dont la pratique peut paraître enrichissante aux yeux des autres.

Le travail d’évaluation puis d’analyse de la pratique va ainsi favoriser l’émergence des savoirs acquis et informels, ceux qui n’ont jamais été « pensés », « structurés », « conceptualisés », qui se sont forgés au fil de la pratique et des expériences professionnelles.

Le partage de ces expériences, construites au fil des ans, peut aussi faire l’objet d’une formalisation.

3 - DIMINUER LE MODE TRANSMISSIF EN FORMATION EN PASSANT PAR UNE ANALYSE DE PRATIQUE VISANT L'INTEGRATION DANS LES PRATIQUES FUTURES.

Pour continuer ce tour d’horizon non exhaustif de l’analyse des pratiques professionnelles, il faut s'interroger sur la place et la posture de l'intervenant dans l'analyse de pratiques professionnelles : ce dernier ne se situe plus alors tel un formateur  car sa posture prendra davantage les traits d’un facilitateur ou d’un guidant des pratiques professionnelles, laissant les participants être acteurs de la destruction de leurs savoirs pour une nouvelle construction de leurs savoirs, ce qui engendrera, de fait, la diminution du mode transmissif en formation.

En effet, les apports didactiques et théoriques s’effectueront certes, sur certains temps ou certains points dédiés, mais ils n’interviendront qu’en complément ou en renfort de l’analyse de la pratique "des" et "par" les professionnels eux-mêmes, quand la voie transmissive, en formation, privilégie, quant à elle, le contenu de formation.

4. FAVORISER OU FAIRE EMERGER LA REMISE EN CAUSE DU PROFESSIONNEL A TRAVERS L'ANALYSE DE SA PRATIQUE

Enfin, et pour terminer ce tour d’horizon de l’analyse des pratiques professionnelles, l'effet collaboratif de l'analyse des pratiques professionnelles et la mobilisation de l’intelligence inter-personnelle des participants ne pourra que favoriser l’état de remise en cause chez l’apprenant, ce qui est le propre de tout processus de formation. L’analyse de la pratique raisonne sur l’approche constructiviste de la formation, visant à déconstruire les savoirs initiaux pour en construire de nouveaux, autour de nouveaux schémas de référence.

Ainsi, dans l’analyse des pratiques professionnelles, les individus, aptes ou enclins à un état d’esprit visant la remise en cause de leurs savoirs et de leurs pratiques professionnelles, parviendront d’autant mieux à tirer de cette approche tous les bienfaits et bénéfices attendus, quand d'autres individus, résistants au changement, auront, quant à eux, beaucoup plus de mal à intégrer cette approche, souvent par crainte du regard des autres ou du jugement. 

Il reviendra alors à l’intervenant de poser, au préalable, les règles de fonctionnement du groupe en analyse de pratiques professionnelles, pour conforter l’apprenant dans une posture de partage et d’analyse pour intégrer la novation, la « trans-formation ».

      Et vous, comment envisagez-vous l'analyse des pratiques professionnelles en formation ? 

 

Retour à l'accueil