PEDAGOFORM

E-SAVOIRS, E-APPRENTISSAGES, NOUVELLES TECHNOLOGIES : DE L'UNIVERSALITE

PedagoForm-Universalite-e-savoirs-e-apprentissages.jpg   

Dans la continuité du précédent billet PedagoForm ils différents avec les nouvelles technologies ?", réflexion brève sur les  apprentissages. De l'universalité des nouvelles technologies à l'universalité des e-savoirs et des e-apprentissages.

Si vous avez perçu le pouvoir universel des nouvelles technologies, vous n'avez peut-être pas encore tout à fait perçu l'universalité des e-savoirs et des e-apprentissages.

En de nombreuses parutions, on perçoit que l'avènement des nouvelles technologies est à ce point révolutionnaire qu'il entraîne avec lui le sentiment que les nouvelles technologies peuvent concerner le plus grand nombre tel un "effet de masse" : non seulement elles touchent "tout le monde", investissent "en nombre" mais leur effet démultiplicateur paraît sans limite quand on pense que la vidéo d'un adolescent se filmant dans sa chambre peut faire le "buzz", le "tour du monde". Les nouvelles technologies sont de l'universalité.

Cette universalité est-elle également perceptible à travers l'éducation ou la formation par le biais des nouvelles technologies ? De nos jours, grâce aux nouvelles technologies, l'accès aux savoirs est possible en tous lieux, en tout endroit, sur un PC, sur une tablette, par le téléphone cellulaire, par le GPS, dépassant les lieux, sans tenir compte des données de temps. Envisageable en tous lieux, en tous moments, l'accès aux savoirs s'affranchit de tout espace métrique, favorisant la multiplication et la démultiplication de l'information à un espace tout entier, en milieu professionnel, à domicile... Nous avons par exemple tous perçu à quel point Twitter permet cette accélération des informations et des savoirs.

Les nouvelles technologies entraînent ainsi avec elles cette même universalité dans le domaine des e-savoirs et des e-apprentissages afin de pouvoir aussi concerner le plus grand nombre. Par exemple, l'université du Massachussets a annoncé un programme de cours en ligne gratuits accessibles à tous : à travers une plateforme d'apprentissage interactive, ces cours bénéficieront aux étudiants de cette université mais l'université abritera à terme, selon ses estimations, une communauté virtuelle de millions d'apprenants à travers le monde... de l'universalité... Voir l'annonce de l'Université du Massachussets en ce sens.

Et dans ce domaine des e-savoirs et des e-apprentissages, on pourrait croire que les nouvelles technologies pourraient aussi relever des défis universels pour atteindre les zones les plus reculées de l'éducation ou les zones de non-éducation... inspirations futures pour la formation.

 

Universalité des e-savoirs et éducation pour des enfants qui ont peu accès aux savoirs ou comment favoriser l'accès aux savoirs dans les zones de non-éducation ?

Le pouvoir universel des e-savoirs est par exemple illustré à travers la fantastique expérience de Sugata Mitra. Ce dernier s'attaque à l'un des plus grands problèmes de l'éducation : en partant du principe que les meilleurs enseignants et les écoles n'existent pas là où ils sont le plus nécessaires, il investit le champ des nouvelles technologies en pariant sur leur universalité. Dans une série d'expériences, de New Delhi à l'Afrique du Sud en passant par l'Italie, il installe des bornes équipées d'internet, dans les rues de grandes villes, ou aux recoins de villages isolés et supervise cet accès à internet en donnant quelques devoirs aux enfants de la rue et aux enfants de villages éloignés. Les résultats de son travail sont plus que surprenants, ils mettent en évidence que ce nouvel accès au savoir entraîne  non seulement  les  enfants vers des savoirs inconnus mais il leur permet surtout d'apprendre, en autonomie ou ensemble, développant des facultés d'apprentissage peu exploitées encore dans ces pays. Sa réflexion pourrait bien faire évoluer les façons de penser sur l'enseignement ou l'apprentissage en général.

 

Universalité des e-savoirs et enseignement de disciplines difficiles d'accès ou comment favoriser l'accès aux savoirs difficiles d'accès "par leur nature" ?

Un deuxième exemple d'universalité des e-savoirs concerne la création de la Khan Académy par Salman Khan : ce dernier a transformé l'accès aux savoirs scientifiques que sont les mathématiques en créant plusieurs vidéos explicatives sur you tube. Cette série structurée de vidéos éducatives offrent des programmes complets en mathématiques et maintenant, sur d'autres thèmes. Cette initiative envisage par là-même la perspective d'exercices interactifs et invente des idées pour rénover les cours des enseignants à travers des devoirs accompagnés. Créant une évolution "planétaire" de l'accès aux mathématiques à travers le monde, Salman Khan a créé ainsi 2200 vidéos qui couvrent du calcul élémentaire jusqu'au calcul vectoriel. Un million d'étudiants visite le site par mois, de 100 à 200 000 vidéos sont consultées par jour, amenant à réfléchir en quoi la vidéo pédagogique peut faciliter l'apprentissage et permettre ainsi une universalité de ce savoir. Site internet de la Khan Academy. 

 

Les e-savoirs seraient-ils à ce point universels qu'ils pourraient parvenir à relever des challenges jusqu'alors non atteints ? A côté de ces expériences, en connaissez-vous d'autres ? Qu'en pensez-vous ?

Beaucoup d'autres universalités naitront à travers les e-savoirs et, à travers l'universalité de ces e-savoirs, de futurs et nouveaux e-apprentissages naitront aussi... à envisager et à calquer dans le domaine de la formation professionnelle ?

A découvrir les vidéos de chacune de ces expériences / un sous titrage en français des explications données en anglais est accessible en bas de l'écran.

 

 

 

      N'oubliez pas le sous titrage en français possible en cherchant dans 34 languages en bas à gauche de l'écran. Pour une vision en plein écran : en haut à droite de l'écran (icone).

 

 

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article