iceberg-copie-9.jpg 

Les questionnements relatifs aux apprentissages informels sont récurrents dans l'actualité de la formation : d’un côté, les réflexions sur l’apprentissage à distance donnent l’occasion de pouvoir les identifier, de l’autre, le débat se crispe quand il est question de pouvoir les formaliser, comme si l’on pouvait d’informels et invisibles, les rendre palpables et formels… un billet d'idées pour départager mythe et réalités de l'apprentissage dit informel.

 

Qu’est-ce l’apprentissage informel ?

Au moment où vous prenez connaissance de ce billet, vous n’êtes certainement pas à votre première lecture en lien avec ce sujet car la toile est friande de cette réflexion sur les apprentissages informels, tellement elle inspire mystères, nouveautés et curiosités (quelques articles intéressants en bas de ce billet) et vous vous demandez probablement ce que le présent billet pourrait avoir de nouveau (allez, encore un autre article sur les apprentissages informels !!!).

L’apprentissage informel est défini, à la suite du Mémorandum sur l'éducation et la formation tout au long de la vie de la Commission européenne, comme étant cet apprentissage qui "peut ne pas être reconnu par les individus eux-mêmes comme un apport à leurs connaissances et à leurs compétences" (...).

D'une manière plus générale, l'apprentissage informel se déroule en-dehors des cadres dédiés à la formation, d'où sa nature informelle, par opposition aux apprentissages formels directement issus de l’éducation, de la formation professionnelle tout au long de la vie.

"Les voyages forment la jeunesse", "C'estnen forgeant qu'on devient forgeron". La sagesse on sait depuis longtemps que apprentissage ne se limitent pas és comme de la formation. Dès les années 1970, les travaux du chercheur canadien Allen Tough soulignent que les apprentissages institués, organisés et accrédités, ne représentent que 20 % la partie immergée acquisitions en situation informelle. Eapprentissage tout au large on peut apprendre partout et constamment : au travail - Extraits de la revue Débat Formation citée ci-dessous.

Ainsi, en étudiant les telenovelas brésiliennes, Philippe Carré montre comment ces séries télévisées populaires contribuent, sans être didactiques, à caces en hygiène et de santé publique.

L’apprenant capitalise, tout au long de sa vie, des connaissances explicites, tirées ou « extirpées » de son apprentissage formel, des différentes formations qu'il aura pu suivre, aux côtés de ses connaissances implicites, qui sont acquises de manière informelle, tissées à travers son expérience professionnelle ou son vécu extra professionnel. Ces dernières renvoient à une acquisition souple, par simplicité, sans forcer, de manière naturelle voire inconsciente ou quasi-inconsciente de la part de l’apprenant. Pour ces dernières, pas de remise de diplôme ou d’attestation de fin de stage, elles sont là, elles ont été acquises dans la sphère privée ou dans un contexte professionnel, et il devient de plus en plus intéressant, en formation, de pouvoir capter ces savoirs informels pour les bonifier ou les transférer en situation d'apprentissage. Il peut aussi être pertinent, pour managers et DRH, de repérer et valoriser les apprentissages faits "en passant", à l'occasion d'une activité qui n'a rien à voir avec la formation.

En réalité, nous sommes tous concernés par cet apprentissage car nous avons tous, communément, dans nos expériences de vies, appris de manière informelle, cet apprentissage n’étant pas – cela mérite de s’en rappeler – exclusivement réservé à l’apprentissage à distance par le biais des nouvelles technologies (e-apprentissages). Toutefois, ces dernières augmentent les savoirs informels car l'accroissement de la fréquentation de consultations sur internet ainsi que les partages via les réseaux sociaux permettent de la sorte à un individu, de s'informer, de croiser les informations pour les synthétiser, les analyser, se les approprier, de se former, s'auto-former, en apprenant, découvrant par lui-même et en capitalisant des savoirs, souvent dans un domaine qui retient fortement son attention (cf article PedagoForm Peut-on se former seul ?).

Vous avez certainement vous-même acquis des savoirs informels. Et peut-être même les utilisez-vous, les transférez-vous en situation et en contexte professionnel.

 

Les mystères de l’apprentissage informel

Car en effet, j’apprends, tu apprends, il apprend, depuis la nuit des temps, de manière informelle et le plus souvent, de manière tout à fait inconsciente, c’est en cela que les apprentissages informels conservent et réservent bien des mystères. Prenons pour autre exemple le petit Marcel Pagnol, qui dans l'ouvrage "La Gloire de mon Père", du même auteur, tout petit garçon, s'asseyeait chaque samedi matin dans la classe de son papa, alors instituteur. Marcel jouait alors au fond de cette classe quand maman partait au marché. Quelle stupéfaction lorsqu'un beau samedi matin, Marcel s’aperçut qu’il pouvait lire ce que son père avait écrit au tableau pour les autres enfants de la classe... Marcel n'était pourtant pas acteur de cet apprentissage de la lecture : en situation de retrait, il en était seulement le spectateur passif. Vous souvenez-vous de ce passage de "La Gloire de mon Père" ? 

…une stratégie payante en somme. Et c'est essentiellement parce qu'ils sont acquis progressivement que les apprentissages informels se distinguent des aptitudes de l'individu, qui peuvent aussi "surprendre" lors de leurs découvertes. elle déjà arrivée ? 


Les réalités de l'apprentissage informel.

De mystérieux,  l’apprentissage informel est pourtant bien réel et, si l'on y regarde de près, quelques caractéristiques communes se retrouvent dans cette forme d'apprentissage. Prenez, pour cela, un exemple que vous connaissez où vous avez vous-même acquis un savoir dans le cadre d'un apprentissage informel. 

 1 – LA MOTIVATION, L'INTERET, L'ENVIE D’APPRENDRE

N'avez-vous pas remarqué que dans l'apprentissage informel, la motivation est toujours pré-existante ? Par le biais d'un centre d'intérêt, un but se crée pour l'individu puis l'apprentissage se façonne... sans le savoir, sans s'en apercevoir ou en prenant lentement conscience.

Début d'une envie, d'un centre d'intérêt, sans apprentissage. 

Dans certaines situations d'apprentissage informel, l'individu n'est pas même apprenant, il est juste un individu dans une activité, dans un domaine, il peut même ne pas être motivé par l'envie d'apprendre. Il est tout simplement là, à côté d'une situation, d'un apprentissage futur, qu'il n'intègre pas encore en tant que tel, mais il éprouve toutefois un plaisir à "être" dans une situation, dans un contexte et c'est par le biais de cet intérêt suscité, qu'il éprouve, qu'il ressent, qu'il questionne, qu'il apprend... vous assistez à une séance d'équitation et vous commencez à poser des questions sur l'animal, sur la manière de monter... vous parcourez les oeuvres d'un artiste et par intérêt, vous vous documentez à son sujet et sur les autres oeuvres qu'il a créées...

Un apprentissage qui se crée par l'envie d'apprendre... 

Parmi d'autres situations d'apprentissage informel, l'envie d'apprendre est là, souvent palpable à travers une envie de découvrir, un intérêt d'apprendre : c'est un jeune qui doit apprendre à se servir de twitter ou d'une nouvelle plateforme collaborative parce que ses amis l'utilisent, c'est une petite fille qui veut absolument retrouver son jeu favori avec un ourson sur une console qu'elle n'a jamais manipulée, c'est un mécanicien qui essaie de faire marcher la maquette d'avion de son fils et qui tatonne mais qui va chercher à comprendre en passant par ses connaissances de la mécanique ou son esprit de "mécanicien"...

Dans l'apprentissage informel, la motivation, l'intérêt ou l'envie d'apprendre sont pré-existants. 

2 – LA RESILIENCE PEDAGOGIQUE ET L'AUTONOMIE

Puis, dans la plupart des situations d'apprentissage informel, la résilience pédagogique est trés présente pour certaines personnes. On peut entendre par "résilience pédagogique" la situation dans laquelle un individu, après le vécu trés difficile d'une situation d'apprentissage passée (dans un enseignement peu empreint de pédagogie par exemple, avec un non-pédagogue, dans le cadre d'une formation trés dirigiste qui ne lui pas a laissé de marge d'autonomie...), parvient à retrouver le sens d'un nouvel apprentissage ou se révèle dans une autre forme d'apprentissage, qui peut être différent, voire tout à fait à l'opposé des méthodes pédagogiques qu'il a rencontrées dans son parcours de vie. 

Ainsi, dans l'apprentissage informel, lorsque l'individu réalise l'existence de nouveaux savoirs, et qu'il commence à analyser les biais par lesquels il les a acquis, il prend peu à peu conscience qu'il les a découverts et saisis, de manière autonome et libre, sans que cet apprentissage n'ait été imposé ou dirigé. Il réalise souvent qu'il est "capable" d'apprendre. Il réalise aussi qu'il a été grandement autonome dans cet apprentissage et que, pour parvenir à acquérir ce nouveau savoir, il n'est pas passé par la lecture fastidieuse d'un manuel, comme dans son apprentissage passé, qu'il n'a pas du passer par des calculs mathématiques qui le rebutent naturellement par exemple, et qu'il a pris plaisir à apprendre en échangeant par exemple avec d'autres personnes qui partagent soit le même centre d'intérêt, soit la même envie d'apprendre que lui. 

3 – L'INTUITION ET LE 6ème SENS DE L’APPRENTISSAGE INFORMEL

Toutefois, cette autonomie est tout à fait relative car l'apprentissage informel, comme l'apprentissage formel, reste guidé :

- il est guidé par la motivation, l'intérêt d'apprendre et d'atteindre son but en premier lien bien sûr ;

- il est aussi guidé parfois par une sorte de 6ème sens ou d'intuition qui invite l'individu à diriger lui-même sa recherche vers une orientation particulière qui lui paraît naturellement nécessaire ou pertinente : il faudra que j'effectue telle recherche sur internet pour compléter ce point, il faudra que je demande à telle personne que j'ai rencontrée il y a 2 mois qui était spécialiste de ce sujet, il conviendrait que je me rende à la bibliothèque pour chercher cet ouvrage repéré il y a plusieurs semaines pour éluder tel ou tel point...

Bien sûr, dans ce guidage via l'intuition, il pourra commettre des erreurs mais comme l'erreur est aussi apprenante... Parfois même, l'intuition de son apprentissage pourra le mener vers la sérenpidité (la sérenpidité constitue le fait de réaliser une découverte inattendue grâce au hasard et à l'intelligence, au cours d'une recherche dirigée intialement vers un objet).

On s'aperçoit ainsi combien l'apprentissage informel rejoint les modalités d'apprentissage identifiées pendant l'apprentissage formel, à la simple différence que l'apprentissage informel est probablement le plus VERITABLE des apprentissages : autonome, non dirigé, suscité par une motivation, un intérêt...

 

Apprentissage informel, mystérieux certes, mais toutefois bien réel... Qu'en pensez-vous ? Peut-être identifiez-vous d'autres réalités de l'apprentissage informel ?

Une simple réflexion pour nous guider dans nos propres apprentissages.... et ceux des apprenants lorsque nous sommes formateurs... Et tout comme les autres billets PedagoForm, sans prétention aucune de la Vérité, ce dernier, bien loin de réunir avec exhaustivité l'ensemble des idées, courants et théories autour de l'apprentissage informel, vous convie à poursuivre vos recherches, si l'envie s'en fait ressentir...

 

Quelques ressources sur les apprentissages informels :

Cedefop, validation de l'apprentissage formel et informel - 2007

Les apprentissages professionnels informels - olivier Bataille sur Social Learning

Le gisement des savoirs informels - numéro 11 Débat Formation - 2011

Savoirs informels : dossier de Thot Cursus

Livre blanc : la systématisation des savoirs informels

Carré, P., & Charbonnier, O. (2003). Les apprentissages professionnels informels. Paris: L’Harmattan. tad : apprentissage plus ou moins formel


 

Extrait de la "Gloire de mon Père" (Marcel Pagnol), Marcel sait lire :

 

 

Marcel Pagnol jouait au fond de la classe, certes, il écoutait, mais n'apprenait pas. Il n'était pas non plus acteur de l'apprentissage donné par son père aux autres enfants.

Bien sûr, le sens premier de l'Histoire de Marcel Pagnol vise à réaliser la révélation de la lecture à Marcel pour plaire à la puissance paternelle (la gloire de mon père) quand d'autres y voient l'existence de l'enfant surdoué. Toutes les histoires prêtent à interprétation, n'est-ce pas ? L'important est de pouvoir lancer une réflexion pour s'enrichir et partager....

 

 

Retour à l'accueil