PEDAGOFORM

ANIMER UNE "NON-CONFERENCE" - 1ère partie

 

PedagoForm-Non-Conference.jpg 

Commentaire récent d'un internaute : "J'ai trop souvent soupé des conférences animées par des " bonnets de nuit" lorsqu'à peine la séance commencée, cette irrépressible envie de bailler commence à poindre et la mâchoire inférieure devient lourde, très lourde. Vous m'avez compris ?"

Si vous êtes conférencier, vous avez peut-être, peut-être, peut-être, je dis bien peut-être, remarqué que « capter un auditoire » dans un mode conférencier n’était pas facile, pas du tout facile même.

nous trouver ensemble quelques idées pour pouvoir animer une "non-conférence" ? .. pour faire en sorte que la mâchoire des personnes présentes ne se décrochent pas au bout de dix minutes...

 

Petite immersion dans une journée de conférences récentes pour se replacer dans le contexte.

Lors d'une conférence récente, je me suis prise à observer les réactions des participants de mon entourage proche en notant quelques remarques sur une feuille séparée ... en voici la restitution  :

9h05 - Présentation du premier conférencier qui déclare "je suis Professeur de droit Emérite", "je vais vous décrire le contexte de la loi", "je vais vous dire comment ont été votés ces textes de lois", "ce sera un monologue, mais bon, après, vous aurez la parole, ce sera un dialogue".

9h15 - Une dame, placée juste derrière moi, dit à son collègue "Je vais me noyer" (véridique, elle a bien employé ce verbe).

9h20 - Un monsieur, deux rangs en dessous, décide de rallumer son portable.

9h23 - La personne, placée à ma gauche, avait commencé à prendre des notes ; elle cherche à présent la plaquette contenant le programme de la journée et se met à la lire. 

9h25 - Ah, un "mystérieux détournement" comme il en existe beaucoup dans ces journées : le passage d'une personne organisatrice devant l'estrade (qui est trés empressée) puis d'une dame, qui est en retard et qui ne trouve pas de place dans l'amphithéâtre, détournent tous les regards ... petit aparté qui fait perdre le fil de la conférence ... recanalisons notre attention...

9h28 - Autre "mystérieux détournement", mon préféré : le vidéoprojecteur ne marche plus, nous avons perdu le diaporama projeté sur l'écran... apparaît alors le fond d'écran de l'ordinateur de l'intervenant ou de l'organisateur... un décor d'aquarium, celui d'une île ensoleillée et fantastique au bord d'une mer transparente, la photo de ses enfants ou celle de son dernier voyage !!!

Les yeux sont attirés par cette image, alors que l'orateur continue sans même s'apercevoir de ce râté... puis un organisateur vole à son secours pour rétablir l'image du powerpoint .. et là, tous les regards s'attachent à contrôler cette manipulation informatique à la recherche du powerpoint perdu. Deux solutions : soit ce n'est pas une personne trés familière de l'environnement windows et ça dure une éternité avant que l'image ne soit rétablie, soit c'est une personne "carrément pro" qui résout le problème par un chemin que vous ne connaissiez même pas (ah tiens, il faudra que j'essaie)... les mystérieux détournements... 

9h35 - Notre intervenant ne s'est pas arrêté à ce problème, il a continué, car il a un timing à respecter. Personnellement, j'ai perdu le fil, il faut que je me raccroche au sens de ses propos. 

 

Je continue ?

9h37  - La personne qui est derrière moi, qui pensait se noyer, décide de parler avec sa collègue. J'aperçois un monsieur qui se met à bailler, il a mis ses deux mains sur son visage... et je n'avais pas vu l'étudiant, quatre rangs en dessous, qui prenait ses notes directement sur son ordinateur au début de la conférence, qui, à présent, joue aux cartes... il déplace des cartes sur son écran d'ordinateur... poker ou je ne sais quel autre jeu....

Je pense : "Dommage, que sont venues chercher ces personnes aujourd'hui en s'inscrivant sur la conférence ?" "Savaient-elles que ce serait un professeur Emérite ?". Evidemment, ce n'est pas une formation, évidemment cela est moins concret mais cela permet de prendre du recul sur les situations quotidiennes, non ? Je regrette quand même que l'orateur ne reprenne pas quelques concepts de base avant de nous proposer sa pensée... en guise de pensée, il nous explique surtout comment nous devons faire et nous devons faire comme il le dit, un point c'est tout.

10h : l'intervention est terminée. Applaudissements de la salle. C'est alors que l'organisatrice de la journée reprend le micro pour dire "Allez, la parole est à la salle, vous avez vingt cinq minutes"...

La parole est à la salle, Madame ? La parole ? Mais personne ne prend la parole, le silence s'installe... et dans ce silence, l'orateur reprend sa place et réexpose sa pensée.

La personne qui est à côté de moi est trés agacée : "Mais quand va-t-on parler de notre quotidien ?"

Tiens, une participante prend la parole, elle a un accent anglais, elle réveille un peu l'auditoire et nous donne un petit peu de réconfort, nous pensons comme elle. L'organisatrice nous invite alors à aller boire un bon café... ah oui, un bon café... "un bon café pour se réveiller", s'exprime ma voisine.

 

Pause, échanges, rencontres entre professionnels, retrouvailles... cela va bien mieux et le café qui réchauffe !!! Puis c'est le démarrage de la 2ème conférence.

Je prends des notes et j'exprime quelques pensées sur mon petit bout de papier mais pour le moment, les personnes, autour de moi, écoutent l'oratrice qui a démarré il y a trois minutes et j'écris :

- "Tiens, une angélique !!! Elle joue à la candide en donnant des exemples de la pratique, cela me fait écho".

- "Tiens, une angélique !!! Elle gesticule avec ses mains tout en s'adressant au public ; sa voix est un peu nasillarde mais elle interpelle et elle parle avec ses mains... serait-ce une italienne ? (une angélique quoi ! ... tu vois angélique ?)

- "Son propos est construit, il est alerte"... autour de moi, personne ne prend de notes, mais tout le monde la regarde et l'écoute.

- Je cherche du regard Monsieur le Professeur Emérite, placé juste à côté de l'intervenante.. "il a un visage un peu inquiet, sa main est sur sa bouche, son air est passablement dubitatif".

- Elle continue de parler avec sa gestuelle, elle argumente, ses propos sont teintés d'exemples, elle dit ne pas détenir la vérité, effectue des constats, explique que ce sont ses observations personnelles, qu'elles sont criticables, elle illustre, utilise des métaphores, des mots forts, trés forts même (la salle réagit parfois positivement, parfois négativement) et par la suite, elle propose son idée, sa conception, ses travaux...

- Les quelques personnes qui prenaient des notes comme moi, abandonnent leur stylo, accrochées à son discours...  c'est également mon cas.

- Les mines sont réjouies. A un certain moment la salle rit...et Monsieur le Professeur Emerite s'amuse aussi du propos de l'oratrice, mine déraidie !

- En fin d'intervention, les applaudissements sont plus francs et plus audibles que ceux clôturant la première conférence.

- Questions à la salle.. intéressant ... jusqu'au moment où Monsieur le professeur Emerite donne son avis sur un questionnement : la personne derrière moi (celle qui pensait se noyer), s'exclame alors "Oh non, ils ne vont pas lui redonner la parole, pas l'Emerite !" (véridique et authentique propos).

 

Comment animer une "non-conférence" ? 

Vous avez peut-être vous aussi vécu ces moments ? Une "conférence", ennuyeuse et fatigante, puis "une non-conférence", alerte et interactive. Les ressentis sont tout à fait différents.

Mais l'art de la conférence est un art difficile. Je le crois sincèrement pour en avoir animée plusieurs, et par crainte de vous perdre, je vous épargne et renonce à vous exposer le récit de la première conférence de ma vie... je suis toujours en lien avec l'une des personnes qui y a assisté, rescapée de ce fabuleux moment, ma première fois - elle se reconnaîtra.

Mais comment un conférencier peut-il faire pour animer une conférence interactive ? 

Vous êtes conférencier ? Vous avez animez des conférences et vous avez des idées ?

Vous avez récemment assisté à une conférence qui ne vous a pas interpellé… avez-vous des idées pour que les conférences soient un peu plus interactives ?

Qu’appréciez-vous lors d’une conférence ? Que recherchez-vous lorsque vous vous inscrivez à une conférence ? 

 

Participez au prochain billet PedagoForm en cliquant dans "Ecrire un commentaire" et communiquez vos idées et réflexions :

- Vous n'êtes pas obligé de communiquer votre nom, si vous le souhaitez

- Vous pouvez également envoyer un mail, si vous préférez

 

 

La 2ème partie de cet article sera composée de vos idées, ce sera dans deux semaines … le temps d’avoir quelques contributions… à défaut, un article plus simple paraitra comme suite de ce présent billet...

Petit devoir de vacances pour ceux qui partent en vacances en fin de semaine, ou le sont déjà... à dans quinze jours pour la suite...

 

 

Dans la même veine ou pour continuer : Etes-vous un form’acteur ?

 

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anne-Valérie 02/03/2012 15:54


Je dirais que pour être un "bon" animateur de conférence, il faut essayer de suivre les règles d'animation de tout "bon" formateur, c'est à dire connaître son auditoire (tout du moins essayer
d'en cerner leurs attentes), expliquer son contexte ou sa démarche (pour poser les "bases") et proposer des exemples concrets (qui "parlent à tous"). Enfin, laisser une "pause discussion" comme
on l'a vu dans l'exemple du billet afin que les auditeurs puissent exprimer plus facilement leur opinion que lors du rituel des "5 mn de questions" où personne n'ose parler. Evidemment, en tant
que conférencier, c'est plus facile à dire qu'à faire et il faudra sûrement plusieurs conférences pour être à l'aise avec son auditoire. 


 


 


 


tenter de s'inscrire d'ans

Véro 29/02/2012 20:14


J'ai assisté plusieurs fois à des "non conférences" (j'ai même participé à certaines d'entre elles)...


Les titres étaient souvent alléchants mais la réalité l'était moins : à chaque fois, certains intervenants portaient leurs nombreux diplômes comme de flamboyants étendards sur lesquels
la plèbe dont je suis aurait pu lire "Erudition et Technicité". Ils étaient "ceux qui savent" et nous aurions du venir boire à cette source comme si nous étions assoiffés. 


Pourtant, unis par un thème que nous avions en commun, nous aurions souhaité, avant tout, partager... des expériences, des questionnements et oui, même... de la technique... mais seulement
après avoir senti que nous appartenions à un "groupe d'intérêts partagés".


Il arrive que ce moment ne vienne jamais... mais quel bonheur quand l'intervenant est à la hauteur de son auditoire !

PedagoForm 29/02/2012 22:33



Merci Véro pour ce beau commentaire ; je retiens cette idée que dans une conférence, faire sentir que nous appartenons à un "groupe d'intérêt partagés" contribue à ce moment de bonheur que nous
cherchons tous dans la conférence.. et effectivement, quel bonheur quand l'intervenant est à la "hauteur" de son auditoire (au sens, se mettre à la même "hauteur" pour favoriser ce partage). A
trés bientôt.



Maison des langues 23/02/2012 22:43


Bonsoir,


 


Oui, merci pour la réponse. Le terme "non-conférence" reste toutefois porteur d'ambiguités selon moi. Car selon la racine, conférence veut dire (plus ou moins "réunion" (de personnes, d'idées
etc.). Donc le "non" qui se place devant, fausse l'idée finale.

PedagoForm 28/02/2012 10:30



Bonjour, je vous rejoins sur cette approche, le terme "non-conférence" mériterait d'être plus approfondi ou d'être plus explicite... à signaler dans notre 2ème partie du billet PedagoForm. Merci
de cette remarque pertinente.



Maison des langues 22/02/2012 11:08


Comment définiriez-vous une "non-conférence". J'ai entendu le terme plusieurs fois ces derniers temps, mais je ne comprends pas ce qu'il signifie.

PedagoForm 22/02/2012 20:38



Bonjour, dans la formule "non-conférence", est désigné le concept qui vise à intégrer une dynamique dans les classiques conférences de manière à créer, soit une interactivité avec le public, soit
à favoriser l'attention du public qui a tendance à se diluer trés rapidement compte tenu du contexte et du cadre d'une conférence. En mode "non-conférence", le conférencier perfectionne son cadre
oratoire pour le rendre attractif et intéressant à l'inverse d'une conférence entendue dans un mode classique qui peut parfois consister en la lecture d'un texte, non teintée d'exemples, sans
intonation, sans relief. 


Cette explication, certes un peu longue, vous éclaire-t-elle ? A votre écoute.