#CERTIFICATION : POUR UNE FORMATION OU POUR UN ACTEUR DE LA FORMATION ?

#CERTIFICATION : POUR UNE FORMATION OU POUR UN ACTEUR DE LA FORMATION ?

Voici plusieurs années que les réformes de la formation professionnelle se succèdent en France. Nouveaux dispositifs, nouvelles modalités, nouveaux financements pour un nouveau modèle social de la formation et de l’évolution des compétences de l’individu. Si vous êtes formateur, consultant, représentant d’un organisme de formation, ces différentes réformes ont forcément eu un impact sur votre quotidien. Ainsi, face au vent, nous optons tous pour des stratégies différentes, diverses et variées.

Certains accueillent les réformes avec bonheur, d’autres avec bon sens, d’autres encore avec frayeur quand d’autres frayent leurs chemins. Quelle sera votre stratégie pour la réforme de la formation professionnelle de cette année ? Un billet pour inviter à la réflexion...

 

L'une des questions importantes à se poser de nos jours pour augmenter la qualité des formations est la suivante : faut-il certifier la formation ou convient-il de certifier l'acteur de la formation (l’organisme de formation ou le formateur indépendant) ?

La certification doit-elle concerner les acteurs, les personnes ?

Ou bien doit-elle concerner la formation, le produit, la prestation de service ?

Quelle sera votre stratégie pour la réforme de la formation professionnelle ?

 

CERTIFIER LA FORMATION

Déterminer une formation de qualité

Dans cette optique, les réformes successives de la formation professionnelle ont permis d’apporter les premières réponses. Le décret du 30 juin 2015 a défini les critères de qualité de la formation puis les 21 indicateurs de DATADOCK ont suivi.

De même, la CNCP a renforcé les modalités de délivrance des titres et diplômes dans le dépôt : description des modalités évaluatives, suivi dans l’emploi des personnes ayant obtenu le titre ou le diplôme, construction de l’architecture de certification sous forme de blocs de compétences...

L’inventaire, la création des listes pour rendre les formations éligibles au CPF, ainsi que la création du COPANEF et des COPAREF ont peu ou prou suivi cette idée.

Cette voie invite les acteurs de la formation (le formateur indépendant ou l’organisme de formation) à travailler dans le sens de la certification de la formation, en ayant préalablement vérifié de lui-même, par une étude de marché, l’attractivité de son offre au vu d’un public concerné. En effet, dans cette voie de la certification de la formation, l’Etat dit COMMENT faire, il devient prescripteur de procédure, mais il ne dicte nullement le domaine d’intervention de formations qui seraient prioritairement à certifier (Conseils Régionaux, et les OPCA qui définissent par eux-mêmes les orientations des thèmes de formation porteurs en tant que prescripteurs du BESOIN en formation sur les territoires).

 

CERTIFIER L’ACTEUR DE LA FORMATION

Déterminer un acteur de formation de qualité

Dans cette optique, il est question d'envisager la qualité de l'acteur de la formation et non la qualité de la formation elle-même. Il s'agit pour l'acteur concerné d'adhérer à un collectif qui définit les indicateurs de la qualité de l'acteur de la formation.

Ainsi, les réformes successives de la formation ont tenté de prioriser cette question.

Le CNEFOP a reconnu plusieurs certifications d'acteurs de la formation avec des listes de certifications et labels à vocation généraliste et des listes de certifications et labels spécialisés.

Il revient alors au formateur indépendant ou à l’organisme de formation de se rapprocher du label avec lequel il peut établir une connexité, et de se conformer aux procédures, démarches, contrôles et audits de ce dernier.

Dans cette stratégie, il est alors important de vérifier quelles sont les modalités d'entrée dans le label, quels sont les indicateurs et les modalités de suivi.

 

 

Pour laquelle de ces deux stratégies allez-vous opter ?

En tant que formateur indépendant ou organisme de formation, à ce jour, vous avez peut-être déjà fait ce choix ou vous vous posez encore cette question.

Aucune de ces voies n’est fondamentalement ni bonne, ni mauvaise. C’est une question de choix, à peser, en fonction des contraintes nouvelles en balance avec les ressources internes du formateur indépendant ou de l’organisme de formation. Et la question en enjeu est bien là, à chaque réforme : quelles sont nos forces, quelles sont nos missions, avec quels buts et quels moyens œuvrons-nous ?

Dans la réforme de la formation professionnelle en devenir, ces deux voies de certification vont à nouveau évoluer.

 

 

 

La réforme de la formation professionnelle – 2018 :

-         Ministère du Travail :

 http://travail-emploi.gouv.fr/actualites/presse/dossiers-de-presse/article/dossier-de-presse-reforme-de-la-formation-professionnelle

-         Centre Inffo :

https://reforme.centre-inffo.fr/

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Découvrez les prestations d'accompagnement en pédagogie, à la certification et à la mise en oeuvre des formations : www.pedagoform.com -  Hébergé par Overblog